RECONNAISSANCE FACIALE


L'aéroport international de Dubaï introduit la reconnaissance faciale via un aquarium virtuel. À partir de l'année prochaine, les voyageurs à travers l'aéroport n'attendront plus en ligne pour les contrôles de sécurité, mais ils marcheront à travers un aquarium en forme de tunnel, qui sera rempli de poissons virtuels utilisés pour attirer l'attention des passagers. Une fois concentrés sur le poisson, 80 caméras intégrées vont scanner pour la reconnaissance faciale.

Le premier tunnel biométrique entrera en service à la fin de 2018 au terminal 3 de l'aéroport international de Dubaï, et d'ici 2020, les autres terminaux seront équipés de tunnels. Les passagers devront se pré-enregistrer pour pouvoir utiliser les tunnels et faire scanner leurs visages sur des scanners 3D installés dans des kiosques autour de l'aéroport. Une fois que les passagers atteignent la fin du tunnel, leur biométrie scannée est comparée à leur profil numérique. S'ils correspondent, les passagers reçoivent un feu vert pour continuer leur voyage. Si les données biométriques ne correspondent pas, les agents de sécurité sont appelés à effectuer des contrôles supplémentaires.

En plus des scènes d'aquarium, les écrans de tunnel peuvent être programmés pour montrer d'autres scènes, ou même des publicités. En tant qu'aéroport le plus achalandé du monde, Dubaï est depuis longtemps à l'avant-garde du développement de moyens d'accélérer la sécurité des passagers, et maintenant d'autres compagnies aériennes et aéroports expérimentent également des systèmes similaires.

Royal Dutch Airlines et British Airways ont déjà expérimenté la reconnaissance faciale pour accélérer l'embarquement et en mars 2019, l'Australie entamera les essais d'un système de contrôle des passeports sans contact qui permettra aux passagers de passer les contrôles de sécurité biométriques. Le balayage biométrique automatique sera-t-il l'avenir du transport aérien?

BABY DAM, le réducteur de baignoire

Prix : 48.2


BabyDam a été conçu spécifiquement pour transformer votre salle de bain familiale en une baignoire plus adaptée à votre bébé, mais en leur donnant tout de même beaucoup de place pour le plaisir et le jeu!
La plus petite salle de bain familiale standard requiert environ 56 litres d'eau pour créer une profondeur utilisable dans laquelle baigner un bébé.
En utilisant BabyDam et le plaçant par exemple à la moitié de l'espace intérieur de la baignoire on pourrait donc économiser 28 litres d'eau par bain, soit 10,220 litres d'eau par enfant et par an (à raison d'un bain par jour).

Baby Dam est très facile à installer:
- Mouiller les ventouses à fond.
- Tenez BabyDam avec vos paumes vers le haut et les pouces à l'avant de la façade. Aligner le BabyDam dans le bain au-dessus de la position où vous souhaitez localiser.
- Appuyez fermement sur les poignées recourbées pour aplatir le joint en caoutchouc et créer un joint efficace.
- Appuyez fermement sur chaque plate-forme d'aspiration pour s'assurer que les patins soient collés sur le fond du bain.
- Passez votre doigt vers l'avant et à l'arrière du joint pour vérifier la parfaite étanchéité.
- Remplissez le bain à la profondeur requise.

Bénéfices et caractéristiques du baby Dam:
- Economie d'eau (utilisez moitié moins d'eau)
- économie de place
- Economie de temps (plus rapide à remplir)
- Son nouveau système de ventouses encore plus performant et son look plus moderne en font un incontournable dans votre salle de bain.
- Installez votre babydam au milieu de votre baignoire familiale afin de créer un espace plus petit pour y baigner bébé. Le réducteur vous servira également de barrière de sécurité pour éloigner votre bambin du robinet.
- S'utilise dès la naissance et jusqu'aux 2 ans de votre enfant environ.
- Un produit astucieux et un véritable must pour les jeunes parents !

Dimensions : 66 x 11 x 28.5 cm

Acheter avec Amazon


Plus d'information et achat
Suivre Babydam Suivre Babydam Suivre sur Instagram

UNDER, un projet de resto sous-marin


Des restaurants sous-marins existent déjà à Dubaï et aux Maldives. C‘est au tour de la Norvège et une première en Europe ! Baptisé « Under », le restaurant qui sera situé à cinq mètres de profondeur, sera conçu près du village de Båly, en Norvège, et servira également de récif artificiel pour l’étude et la protection de la vie marine.

Un projet du cabinet d’architecture Snøhetta. Réalisés en béton, les murs du restaurant feront plus d’un mètre d’épaisseur pour résister à la pression et à la mer agitée. Sur les photos du projet on peut également voir que le bâtiment démarre hors de l’eau pour aller plonger dans la mer, jusqu’à cinq mètres de profondeur. Une vitre de onze mètres sur quatre fabriquée en acrylique, offrira une vue panoramique sur les récifs de la Mer du Nord et sa riche vie marine. « À la manière d’un périscope sous-marin, la vitre massive offre une vue sur les fonds marins, qui changent en fonction des saisons et des conditions climatiques », expliquent les architectes Craig Dykers et Kjetil Trædal Thorsen.

Pour prolonger cette atmosphère marine, toute la décoration du restaurant a été pensée pour y faire écho. Les clients entreront d’abord par l’entrée monumentale (en surface) recouverte de chêne non traité d'origine locale, avant de passer par le bar à champagne marquant la transition entre la surface et l'eau, qui sera habillé de couleurs sobres pour rappeler le sable et les coquillages. La salle de restaurant principale aux tons bleu et vert foncé, pourra accueillir jusqu’à 100 couverts et sera quant à elle, « inspirée par la mer et ses récifs ». Les architectes promettent une expérience immersive : « les jours de mer agitée, l’air du restaurant sera frais et salé, comme un léger embrun ».

En dehors de ses heures d’ouverture, « Under » se transformera en centre de recherche ouvert à des scientifiques qui étudieront la biologie marine et le comportement des poissons. Enfin, « plus qu’un aquarium, la structure fera partie intégrante de son environnement », affirme le cabinet Snøhetta. En effet, la surface de ce bloc en béton sera volontairement laissée irrégulière pour favoriser l’implantation de moules et autres mollusques. Le restaurant a par ailleurs vocation à devenir un récif artificiel.

Le restaurant devrait être achevé en mars 2019 et les travaux de construction commenceront en février 2018.

(Source: sosoir / lesoir.be - Crédits photos: Snøhetta)

Plus d'information